Première fresque murale, blog Céline Citronrouge
Blog

Blog : Première fresque murale

Fin d’été dernier, l’amoureux et moi avons réalisé une fresque murale façon street-art. Retour sur cette première expérience qui nous a mise au défi.

Tout commence quand ma belle-mère choisi de démolir l’abri de jardin, sévèrement défraîchi par les affres du temps. L’idée est de récupérer cet espace et de se servir de la dalle de béton, au sol, pour aménager une seconde terrasse, moins exposée et plus fraîche l’été. Mauvaise surprise, l’abri est accolé à une autre grande dalle verticale de béton qui fait office de mur du fond et séparateur, avec les voisins. Impossible de le démolir donc. Contre mauvaise fortune bon cœur, quelle meilleure alternative que celle d’une jolie fresque peinte, pour camoufler toute cette surface grise, quand on a un fils auteur-illustrateur de BDs et de comics, depuis de nombreuses années ?! Comme le projet me plaisait, et que la surface du mur n’était pas négligeable, je me suis jointe à lui, pour l’aider et l’accompagner dans cette grande première.

Étape 1 : Choix du matériel

L’amoureux et moi, on gribouille et peinturlure sur de nombreux supports depuis longtemps mais peindre en extérieur, sur une surface bétonnée, c’est une autre histoire. Direction Google, la bibliothèque municipale et les shops de matériel artistique pour trouver la technique adéquate et dresser un budget en conséquence. Seule hésitation après toutes ces recherches ; bombes ou peintures ? Buses ou pinceaux ? Les bombes demandant de l’expérience et une bonne dose de dextérité, que tout débutant ne possède pas nécessairement, on a opté pour le classique pots de peinture + pinceaux, chez Pebeo Acrylique Mat Pub. Le nuancier est certes restreint mais l’adhérence, l’opacité et l’intensité des couleurs sont excellentes. Sans compter la résistance au soleil cuisant du sud. Pas besoin, non plus, de plusieurs couches ni d’être un expert aguerri pour la manipuler.

Peinture Pébéo mat pub
La gamme de peinture acrylique Pébéo Mat Pub

Étape 2 : Préparation et lineart

Première chose à faire avant de se lancer ; nettoyer le mur pour éliminer poussières et mousses et empêcher tout problème d’adhérence. Brosse, balai, balayette, un peu laborieux mais nécessaire. Ensuite se pose une autre question ; comment réaliser un lineart (dessin où n’apparaissent que les lignes des contours) sur une surface aussi grande ? On est loin, très loin même des formats sur lesquels planchent habituellement les bédéistes. Pour vous donner une idée, le mur fait 4 x 2,6 m. L’amoureux a un projecteur vidéo, à la maison, qui doit pouvoir reporter, sur tout le mur, le lineart qu’il a dessiné numériquement. Après quelques tests et réglages, ça fonctionne. Munis de nos marqueurs Posca, on retrace les contours qui feront office de guides.

Première fresque murale, étape 1, blog Céline Citronrouge
Le lineart, dessiné aux marqueurs Posca, en guise de croquis préparatoire

Étape 3 : Remplissage des aplats

Une bâche de protection posée au sol pour éviter les tâches et les coulures, du bon son dans les oreilles et c’est parti pour la mise en couleur ! Inutile de préciser que l’amoureux a réalisé, en amont, plusieurs essais couleurs numériques pour savoir où placer les différentes teintes de peintures sélectionnées. L’improvisation n’a pas vraiment sa place ici. Pas de ctrl Z possible en cas de raté.

Première fresque murale, étape 2, blog Céline Citronrouge
On attaque le remplissage des premiers aplats et on se familiarise avec la peinture ; sa texture, son opacité…
Première fresque murale, étape 3, blog Céline Citronrouge
Encore beaucoup de travail mais les couleurs sont lumineuses et s’harmonisent bien entre elles.

Étape 4 : Repassage des contours et ajout d’effets

Une fois le personnage central terminé, on repasse les contours définitifs, toujours aux Posca. Ça donne un esprit BD très sympa et ça permet de rattraper quelques petits défauts.

Je ne vous cache pas qu’à ce stade, on est content – et rassuré ! – par le rendu général qui se façonne au fur et à mesure sous nos coups de pinceaux et marqueurs. D’autant plus qu’on y a déjà consacré beaucoup d’heures, la famille nous donnant un coup de main quand ils sont disponibles. Et quand c’est votre baptême et que vous ne visualisez pas forcément le résultat final, faute d’expérience, ça motive aussi grandement pour les nombreuses heures restantes à venir. Toujours pas de ctrl z. Quoiqu’il en soit, il faut terminer.

Première fresque murale, étape 4, blog Céline Citronrouge
Le personnage central prend forme. On est novice en la matière mais on se régale et c’est le principal.
Première fresque murale, étape 4bis, blog Céline Citronrouge
On y est presque. Les aplats et les contours sont terminés. Il ne manque que les effets.

Quelques jours plus tard, l’amoureux donne un dernier coup de pinceau stylisé pour les effets. Plutôt pas mal pour une première non ? L’occasion idéale pour le traditionnel « Chapeau l’artiste ! » 🙂

Première fresque murale, étape finale, blog Céline Citronrouge
La fresque murale terminée

Pour ceux qui se poseraient la question, nous n’avons pas pu compter le nombre d’heures nécessaires. Comme nous sommes intervenus à plusieurs et plusieurs fois, difficile de donner une estimation, même approximative. Mais ne vous lancez pas dans ce type de projet si vous n’êtes pas de nature patiente. Quant au budget, c’est environ 200 €. Là encore, mieux vaut avoir une idée précise du matériel indispensable avant de passer par la case achats.

Comme on a terminé les travaux en septembre, je posterais, cet été quelques photos de l’endroit aménagé.

Le printemps et ses beaux jours approchent à grand pas. C’est peut-être le moment, pour vous, d’avoir, vous aussi, votre terrasse personnalisée 😉

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *